Serge Julien. « On pouvait se croire à l’abri, et bien non »

Serge Julien. « On pouvait se croire à l’abri, et bien non »

Rédigé le 10/06/2020
Gregory Brouillet


Le troisième candidat à la mairie de Rodez l’avait déjà dit : la discrétion de sa liste pendant le confinement est surtout due au fait que plusieurs colistiers étaient en première ligne. Infirmière, employée hospitalière, médecin urgentiste, mais aussi évidemment, directeur d’EHPAD pour le cas direct de la tête de liste.

D’autant que pour Serge Julien, « il aurait été indécent de faire campagne alors que, dès le lendemain du premier tour, on a basculé dans un autre monde ». Alors que la campagne repart, ce dernier sort secoué de cette crise sans précédent qui l’oblige à adapter son programme sans pour autant se séparer des grandes lignes comme l’économie, la création d’une halle commerciale ou la revalorisation des EHPAD.

Vue depuis l’EHPAD de St Côme d’Olt Les Galets d’Olt dont Serge Julien est le directeur. Photo Serge Julien

Une société faillible

« C’est un cataclysme dont nous ne sommes pas encore sortis et dont on ne mesure pas tous les effets » affirme Serge Julien pour qui la crise sanitaire a fait prendre conscience du caractère faillible de notre modèle de société. « On pouvait se croire à l’abri, et bien non », insiste ce dernier qui y voit aussi l’occasion pour les élus de se positionner en tant que protecteurs des habitants.

« UN CANDIDAT NE PEUT PAS SE PRÉSENTER SANS TENIR COMPTE DE CETTE CRISE ET SANS EN TIRER LES LEÇONS »

Avec, comme tous les Ruthénois, une inquiétude pour l’usine Bosch : « ça ne peut qu’aggraver la situation, le plan de relance annoncé par le Président ne prend pas du tout en compte les entreprises comme la Bosch. C’est une déception que nos autorités ne se saisissent pas du sujet » commente la tête de liste.

Priorisation des projets

L’occasion aussi de revoir la priorité de certains projets : des jours économiquement difficiles s’annoncent pour les professionnels du piton, et donc aussi pour la municipalité et les taxes récupérées pour le bien commun. « L’insouciance et le gaspillage n’ont plus leur place dans la gestion publique, il faut concentrer les efforts de gestion pour le mandat qui s’annonce » insiste Serge Julien qui, s’il a bel et bien voté pour la rénovation du stade Paul Lignon, voudrait, s’il y avait un choix à faire, prioriser le projet de rénovation de l’EHPAD St Cyrice.

« La création d’une halle commerciale prend encore plus de sens au vu de ce qui s’est passé : le confinement a fait prendre conscience aux gens d’une nouvelle façon de consommer, via les circuits courts et une alimentation plus raisonnée. La Halle est un outil pour permettre d’atteindre ce type d’objectif »

Serge Julien

La tête de liste insiste pour réévaluer les grands projets sans pour autant les annuler, comme le Parc des Expositions. « Les chefs d’entreprise le font déjà, insiste le colistier Thibault Ménatory. Il n’y a pas de raison pour que les collectivités ne le fassent pas non plus ».

Il reste environ 15 chambres, la cuisine et la lingerie à rénover à l’EHPAD St Cyrice. Photo ©Ehpad Saint-Cyrice

De nouveaux moyens de campagne

A l’approche du deuxième tour, Serge Julien craint lui aussi un fort taux d’abstention et incite les habitants à aller voter pour que les résultats « soient fidèles aux avis des Ruthénois ». Et il reste sans avis sur l’organisation à tenir pour le prochain vote, qu’il estime être un « débat stérile ».

« IL Y A 54% DES RUTHÉNOIS QUI ONT VOTÉ CONTRE LE MAIRE SORTANT… J’APPELLE TOUS CEUX QUI ONT ENVIE QUE ÇA CHANGE À S’EXPRIMER LE 28 JUIN »

Lui aussi privé de tractage et de réunions publiques, il compte cependant distribuer aux Ruthénois par la Poste un nouveau document pour présenter son programme, avec les réévaluations nécessaires à ses yeux.

La page Facebook de la liste Rodez Ensemble Autrement sera aussi mise à contribution et une adresse mail a été créée (rodezensembleautrement@gmail.com) pour que chaque citoyen pose ses questions au candidat. La réponse sera donnée sous forme de vidéo , postées sur Facebook mais aussi sur le site web de la liste. Le candidat évoque même la possibilité de rencontres avec les habitants qui le demanderaient… à moins de 10 personnes, évidemment. En ces temps de distanciation physique, c’est ce qui se rapproche le plus du bain de foule…